Non profit - ONG & Associations

Pour ne pas être seul

Jean-François et Michel Serres nous proposent un dialogue sur un sujet qui apparaît comme l’un des grands défis de nos sociétés – celui de la solitude. Jean-François Serres est confronté quotidiennement à ce problème, puisque il dirige l’Association les petits frères des Pauvres. L’un et l’autre parlent de leur expérience de la solitude, Michel Serres, dans le domaine de la pensée, Jean-François dans celui de sa pratique sociale. Et, plus intimement, de l’isolement que le premier a vécu en accédant à un niveau de savoir qui n’était pas celui des siens; et de celui de Jean-François qui a voulu s’éloigner du savoir, incarné par son père, pour s’ancrer dans la rude réalité du faire. Rupture, isolement, vie dans la rue – l’un et l’autre ont passé par ces épreuves avant de tracer chacun son propre chemin.

Comment dans « notre société favorisant l’individualité, inventer de nouvelles appartenances ? », demande le philosophe et, paradoxalement, Serres à qui on reproche souvent son optimisme a une vision plutôt sombre: « l’homme cherche en permanence à combler un vide, et ce comblement est toujours menacé. Mais c’est aussi notre chance, car ce déséquilibre nous oblige au mouvement. » Formule qui paraît sans doute trop abstraite à Jean-François: comment recréer des relations dans un monde qui a tout fait pour les supprimer?, dit le responsable d’une association humanitaire : et son idée est simple : encourager de micro-initiatives citoyennes en direction des personnes isolées et surtout des personnes âgées. Selon lui, « lorsque nous luttons contre l’isolement social, nous nous guérissons nous-mêmes de notre solitude. »

En effet, les êtres plongés dans la solitude, privés de tout lien social, « sont bien dans le manque mais dans un manque sans désir. »- il faut par conséquent leur redonner aussi le sentiment de leur valeur, de l’importance qu’ils peuvent avoir pour l’autre – recréer du lien social, mais à un niveau qui n’est pas celui de politiques volontaristes dont on a vu très vite les limites – à un niveau qui est au fond interpersonnel.

Voir plus
Voisin-âge