Religions

Les deux grands français du Zen

le meilleur livre et le meilleur film sur le zen ont été probablement crées par des français

Hubert Benoit (1904-1992) était un médecin chirurgien et psychiatre français. Devenu docteur en médecine en 1935 après avoir mené conjointement des études de médecine et de violon, il exerce comme chirurgien jusqu’à la bataille de Normandie. Il est grièvement blessé lors du bombardement de Saint-Lô par l’aviation américaine. Durant la longue convalescence qui s’ensuit, il se consacre à l’étude et à la méditation, influencé par le védanta, le taoisme et le zen. En 1949, il publie un premier ouvrage dans lequel il tente d’élaborer une synthèse entre les théories psychologiques occidentales et la métaphysique orientale. En 1952, il s’installe à Paris comme psychiatre. Ses trois derniers ouvrages, parus entre 1952 et 1979, constituent à la fois une étude théorique du zen et une exploration des techniques de la réalisation intérieure. Très tôt traduits en anglais, entre autres par personne de moins que Aldous Huxley, les écrits d’Hubert Benoit ont joué à partir des années 1950 un rôle non négligeable dans la diffusion du zen en Europe et aux États-Unis, où ils sont toujours réédité. Selon plusieurs spécialistes du Zen, son livre La Doctrine Suprême est même le meilleur livre écrit sur le sujet!

Arnaud Desjardins (1925- 2011) était un auteur qui a développé et enseigné une spiritualité laïque proposant une synthèse des religions traditionnelles et des découvertes de la psychologie moderne. Il est aussi connu pour ses écrits sur les traditions spirituelles orientales telles que l’hindouisme, le bouddhisme tibétain, le zen et le soufisme d’Afghanistan. En tant que réalisateur à l’ORTF de 1952 à 1974, il est l’auteur de documents télévisés aussi splendides que précurseurs sur ces traditions spirituelles.

Voir plus:

« Je ne peux accepter la défaite », la méditation à 104 ans:

A la rencontre de Maître Deshimaru: